CatégorieTechno & Design

Giulia Molteni: « J’ai été élevée dans un rapport très étroit à l’art et à la beauté »

INTERVIEW Membre de la troisième génération aux commandes de l’entreprise de design familiale, Giulia Molteni raconte comment nos maisons se connectent à nos envies intimes. Par Renata Libal Peut-on résumer l’éditeur de meubles Molteni à une seule sensation? Oui, à la douceur fluide que l’on éprouve en ouvrant la porte d’un meuble. C’est dans la légèreté aérienne du geste – comme un nuage qui se sépare en deux – que l’on réalise, par contraste, à quel point nos bonnes vieilles charnières, à la maison, bruissent; à quel point les panneaux sont lourds; à quel point le geste demande un effort. Tout…

Enzo Enea: « Dans mon travail, la nature n’est pas apprivoisée mais cultivée »

INTERVIEW L’architecte paysagiste Enzo Enea plante des jardins partout dans le monde, tout en veillant sur un sanctuaire au bord du lac de Zurich. Il y accueille des oeuvres d’art et des arbres sauvés de l’abattage. Par Paulina Szczesniak Il ne se passe pas encore grand-chose au Musée de l’arbre en ce matin de mai, quelques jours après la levée du confinement. Dans le hall d’entrée avec ses fenêtres d’une hauteur infinie, quelques employés s’activent derrière la paroi de plexiglas provisoire de la réception. Il y a aussi de l’art aux murs, dont une gravure en couleur et des papillons de…

Edward Barber: « Il ne s’agit pas de faire joli, mais de changer le regard »

INTERVIEW Avec son partenaire Jay Osgerby, Edward Barber invente des meubles dont nous ne savions pas avoir besoin. Rencontre à Londres, avant le confinement.   Par Renata Libal La porte de verre est obscurcie par un écran blanc. Dans cette ruelle du quartier arty de Shoreditch – rempli, en temps normal, de vélos, cafés bios, fleuristes créatifs et jeunes entrepreneurs – le studio de design se cache des regards. Un peu avant les confinements, quand le spectre du Covid-19 ne faisait pas encore peur plus que cela, Edward Barber nous a fait visiter les lieux – sans son partenaire, Jay…

Floraisons éternelles

TREND En solitaires, en bouquet ou en couronne, les fleurs séchées sont les nouvelles amies de nos intérieurs. Et elles n’ont pas attendu le confinement (ce mot qui ne faisait pas encore partie de notre vocabulaire en début d’année) pour avancer vers le devant de la scène. Les questions de durabilité ont en effet atteint l’univers des fleuristes: la débauche d’engrais et de CO2 est-elle raisonnable pour une gerbe qui fane si vite? En esquisse de réponse, la tendance aux arrangements secs s’observe de Paris à Londres, en passant par Zurich. Ces fleurs-ci sont faciles à expédier, et de nombreuses…

Ces petits meubles et objets qu’on aurait rêvé avoir

DESIGN À la maison depuis des semaines… Outre les contraintes d’organisation et l’inquiétude ambiante, nous voilà tous en tête-à-tête intime avec ces meubles, bibelots, tableaux, objets de décoration si familiers qu’ils étaient transparents jusqu’à tout récemment. Or soudain, cet univers vibre différemment, mettant en lumière nos choix – heureux ou un peu moins. On se prend à rêver d’un canapé plus spacieux, d’une bibliothèque plus maligne, d’une table plus mobile… Nous avons fait l’exercice et repéré, parmi les nouveautés, les pièces que nous aurions vraiment aimé avoir chez soi, pour ce long séjour entre quatre murs. Nos 7 favoris Par Renata Libal 1.…

La nouvelle petite Japonaise qui roule à l’électricité

AUTO La Mini SE trop démodée, la Smart EQ trop petite, les VW électriques de Wolfsburg, d’Espagne ou de République tchèque trop ressemblantes, la Renault Zoé trop vue, la Peugeot e-208 trop française et l’Opel Corsa-e pas assez sexy? Si vous avez répondu «oui» à la plupart de ces questions, alors la nouvelle Honda e (à partir de 43  100 fr.) est pour vous. «Ce n’est pas un prototype, c’est un rêve devenu réalité», promet Honda. Et c’est vrai. La petite dernière du constructeur japonais, entièrement électrique, réussit le mariage d’un design minimaliste et d’une technologie à la pointe du progrès jusque…

Tout pour la musique avec Stan

TECHNO C’est l’accessoire qui manquait à la panoplie des objets de voyage signés Montblanc: le casque audio. Et l’attention s’adresse plus particulièrement au nouvel ambassadeur de la marque à l’étoile blanche: Stan Wawrinka. Habitué des long-courriers, le Vaudois avoue que la musique est une compagne de voyage dont il ne peut se passer. Pour rendre les déplacements du champion de tennis plus doux, Montblanc a donc imaginé ce casque audio intelligent, pliable et compact, qui allie performance acoustique et technologique, ergonomie – les grands coussinets enveloppent bien les oreilles – et un design à l’élégance distinctive, avec le mariage du cuir…

Sans compromis

A une époque où les fans de luxueux cabriolets allemands apprécient de se réchauffer le cou et de se faire masser le dos grâce à des sièges connectés, les Britanniques font, une fois encore (et Dieu merci !) tout le contraire: ils sortent un roadster au dépouillement extrême dont le slogan pourrait être: «Le ciel pour limite». La nouvelle McLaren Elva, qui sortira l’année prochaine, est dépourvue de toit, de pare-brise et de vitres latérales. Mais le bolide est équipé d’un V8 bi-turbocompressé de 815 ch, qui lui permet d’atteindre la vitesse de 100 km/h en moins de trois secondes. «Notre mission…

A en perdre la boule à neige

Emblème, jadis, du kitsch mièvre, la boule à neige renoue aujourd’hui avec son potentiel onirique. Retour sur près de 150 ans d’histoires d’humour, encapsulées dans le verre. Dérèglement climatique… Est-ce lui qui nous donne des envies de flocons rassurants?  Toujours est-il que la boule à neige s’émancipe de son image de bibelot à poussière et s’installe allègrement dans les intérieurs chics. Quand ce n’est pas l’inverse: l’éditeur de meubles italien Kartell a, en cet Avent 2019, rétréci ses icône design comme dans le conte de Boucle d’Or, pour les faire entrer sous la cloche d’une boule à neige. Il n’est…

James Turrell en 10 ciels

ART CONTEMPORAIN Si les œuvres de James Turrell font l’objet d’un tel engouement, c’est que l’expérience lumineuse proposée est bouleversante pour tous. Par-delà les cultures, les générations, l’érudition, les participants vivent cette plongée chromatique de manière intime, comme une méditation. Depuis les années 1960, l’artiste américain s’intéresse aux sensations induites par la lumière, dans des mises en scène intangibles. Sa série la plus célèbre est celle des «skyspaces», soit des pièces dépouillées avec ouverture zénithale. On y entre comme dans une église, pour se perdre dans la profondeur du ciel ainsi cadré. L’expérience se vit au naturel ou, le plus…