Vous avez peu de chances de devenir un aventurier, sauf par procuration devant une série Netflix. En revanche, il est possible de ressentir les frissons de la vie hors des sentiers battus en portant une montre de Warrior: la Tudor Black Bay P01. La pièce s’inspire d’un projet nommé commando développé dans les années 1960 pour la marine américaine mais qui n’a jamais vu le jour. Heureusement une version 2019 sort les gros bras: un boîtier de 42  mm en acier doté d’un système ludico-sportif: un couvre-anses à midi qui bascule d’une pression du pouce, libérant ainsi la lunette tournante. Il est donc possible de régler celle-ci avant de plonger puis de la sécuriser en le refermant. Clic, on ouvre. Clic, on ferme. Coté mécanisme, le mouvement automatique manufacture MT5612 indique l’heure, la minute, la date et affiche 70 h de réserve de marche, de quoi laisser l’opportunité de poser sa montre le vendredi soir pour la récupérer, ponctuelle, le lundi matin. Quid de son design viril, de sa couronne à 4  h (quelle originalité) et de son bracelet hybride cuir et caoutchouc? Ils concourent à abandonner son «moi social» au profit d’un «moi primitif». Quant au cadran noir mat, à l’aiguille des heures de type Snowflake, aux index et aiguillage luminescents, on est dans l’ADN Tudor. La pièce est certifiée COSC, soit le label suprême pour survivre en milieu hostile ou par grands fonds. Même s’il y a peu de chance de descendre à moins 200 m dans les lacs suisses, on en revient au postulat de départ: l’aventure, c’est aussi dans la tête.

Mathilde Binetruy

Tudor Black Bay P01, boîtier en acier 42 mm, mvt automatique, réserve de marche de près de 70 h, étanche jusqu’à 200 m, 3750 fr.