C’est une affaire de minutes qui filent et zut, déjà en retard… Allons, de minutes? C’est en secondes que le monde s’emballe, avec ce feu qui passe au rouge, cette porte de train qui se ferme. La frénésie ambiante se traduit, dans l’industrie horlogère, par la multiplication de chronographes et autres fuseaux horaires rivalisant de précision. Dans ce tumulte tic-taquant, la nouvelle arrivée dans la ligne Millenary d’Audemars Piguet fait office d’appel au calme. Le modèle Philosophique n’arbore que la seule aiguille des heures et invite à se demander s’il est bien raisonnable de toujours courir après les minutes. La montre résolument féminine attire le regard – après un bref coup d’œil sur l’heure approximative, entre deux indexes – sur les scintillements du boîtier au polissage Frosted Gold, cette finition qui produit l’effet d’une poussière de diamants. Le cadran aussi est martelé à la main, avec des flous qui évoquent les traits d’un pinceau. La Millenary Philosophique n’est pas la première montre à défier l’idée d’un temps tyrannique. Audemars Piguet avait déjà, en 1982, en pleine expansion du quartz, lancé un modèle mono aiguille, inspiré du cadran solaire et des montres du XVIIe siècle. Ce temps émotionnel est souligné par le mécanisme central, qui déplace délicatement l’aiguille ce qui lui permet de tourner rond malgré l’ovale du boîtier. La beauté n’est-elle pas plus importante que le temps qui passe?

Renata Libal

Millenary Frosted Gold Philosophique, Audemars Piguet, en or blanc et cadran bleu ou or rose et cadran brun. Mouvement automatique. Prix sur demande.