Attention mode contagieuse! La  faute à Raf Simons… Si le designer belge n’avait pas, en 2015, redessiné la bonne vieille Adilette, cette claquette en polyuréthane à semelle orthopédique, conçue pour éviter les glissades dans les douches des vestiaires, nous ne serions pas en train de contempler nos pieds de cet air-là. Car que voit-on sur les orteils les plus stylés de la planète? Des savates, lointaines parentes de cette revenante de 1963, mais augmentées de broderies et autres chichis. Ce qui nous amène à un difficile choix personnel: faut-il céder à ce caprice du moment et assumer des petons aussi kitchement chaussés? A l’origine, la claquette d’Adidas devait accompagner les nageurs à la sortie des piscines. Elle s’est ensuite, dans les années 1980, propagée aux pieds des stars du sport après l’exploit, au moment de la relaxation. Et la voilà sur les podiums, enhardie de matières très peu athlétiques. Sur semelle épaisse et visiblement confortable, Chloé propose une empeigne de velours, tandis que Bottega Veneta préfère le cuir précieux. Fendi ajoute une boucle et Givenchy y va carrément avec des détails en fourrure. Simone Rocha opte pour des applications florales, Saint Laurent la joue élégance classique. Chez Chanel, la mule se porte en tweed (what else?) avec un camélia. Quant aux marques de sport, elles saluent aussi la tendance: la chanteuse Rihanna a dessiné  pour Puma une chose en plastique et satin – en rose bébé, kaki ou blanc – avec un gros nœud sur le devant. A noter que cette extravagance est aussi disponible dans les pointures masculines… Evidemment, les modeuses averties devront expliquer à leur papa que ces chaussures-là ne sont pas ploucs, mais follement à la page et espiègles. Et teeeellement confortables!

De gauche à droite: Dolce & Gabbana, Tory Burch, Chloé, Bottega Veneta, Givenchy
Crédits: Ivan Lattuada / Dolce Gabbana, DR