La famille des démaquillants s’agrandit avec un nouveau membre : la micelle. Présente en magasins depuis quelques temps, elle se décline sous de nouvelles formes. En eau, gel, huile ou lait, elle révolutionne le rituel du démaquillage. Et pendant ce temps, le cousin écolo se la joue sans produit du tout.

L’eau micellaire

L’eau micellaire contient des micelles, des petites particules compatibles avec l’eau et l’huile qui attrapent les impuretés. Et elles arrivent à bout de tout ! Mascara waterproof, fond de teint, rouge à lèvres, crayon… L’eau micellaire permet un démaquillage complet et rapide. Si bien que Delarom, Biotherme ou encore Lancôme en proposent. Sans savon, elle nettoie en douceur et on n’est même pas obligé de rincer, car la peau se retrouve nette et propre.

Le lait micellaire

Les peaux matures ont besoin d’hydratation. A-derma ou Corine de Farme proposent le lait micellaire. Adapté aux peaux très sèches ou vieillissantes, il est hydratant et adoucissant. Il évite ainsi les sensations de tiraillement et les rougeurs après le nettoyage.

Le gel micellaire

Le gel propose une texture la plus onctueuse et mélangé à de l’eau, il mousse. Plus dense, on peut l’appliquer aux doigts, sans coton. Idéal pour les peaux grasses,  le gel donne un résultat propre et purifiant, car il contient du zinc. L’Occitane, Garnier ou La Roche Posay en proposent dans leur gamme.

L’huile micellaire

Les huiles micellaires changent elles aussi de texture au contact de l’eau. Elles deviennent opaques et nettoient parfaitement la peau. Elles préviennent le dessèchement dû au calcaire et sont anti-acnéiques. Vichy, Shiseido et Dolce & Gabanna ne s’y sont pas trompés et offrent chacun leur version.

Les huiles

Ici, pas question de friture ni de micelle d’ailleurs. Si elle est nettoyante, l’huile est douce pour la peau et efficace contre les impuretés. La marque américaine Kiehl’s a donc décidé de décliner son best-seller – son sérum de nuit « Midnight Recovery » – en version huile démaquillante. Comme les huiles micellaires, celle-ci devient laiteuse au contact de l’eau, car riche en tensio-actifs. Ces particules, comme les micelles, se lient avec l’eau et l’huile. Il n’y a plus qu’à rincer, la formule ne laisse pas de film gras et on se sent tout de suite propre.

Les textiles microfibres

Les « sans produits » ou gants démaquillants suivent la tendance du « zero waste ». Sans composants chimiques, ils agacent les fabricants de cosmétiques, car les microfibres sont réellement efficaces. Fini les cotons qui partent en lambeaux, lotions irritantes et autres lingettes agressantes, il suffit de passer le gant (Glov Expert, Glov Hydro ou Lapiglove) sous l’eau, puis sur le visage et c’est fait. La structure du tissu emprisonne les résidus de maquillage et les impuretés efficacement. La marque suisse Filabé propose une gamme de lingettes, adaptées à chaque type de peau. Le textile libère des substances actives naturelles lorsqu’on l’humidifie. Plus besoin de crème, car il suffit d’un léger massage pour nettoyer et nourrir la peau.