Des petits fours, du champagne et beaucoup de macarons pour inaugurer le nouveau salon de thé Ladurée à Genève. Un cocon sucré et coloré qui rappelle irrémédiablement celle qui l’a créé, l’architecte d’intérieur India Mahdavi. Elle accueille ses hôtes, tout de noir vêtue, dans son antre aux tons pastel. India Mahdavi n’est jamais là où on l’attend, un peu à l’image de son parcours atypique. Née à Téhéran en 1962 d’un père iranien et d’une mère égyptienne, elle partage son enfance entre les Etats-Unis, l’Allemagne et la France, entreprend des études de mobilier et de design à New-York avant d’obtenir son diplôme d’architecture aux Beaux Arts de Paris. A ses débuts, elle fait ses armes en tant que directrice artistique chez le décorateur d’intérieur Christian Liaigre avant d’inaugurer son propre studio en 1999. Début de la saga Mahdavi. En 2003, elle lance sa première collection de mobilier, en 2012 sa première boutique dédiée aux petits objets. Lampes, tabourets, coussins, photophores. Son style ? Souvent coloré, parfois ethnique, parfois graphique, toujours inclassable. Ses réalisations ? Innombrables. De l’hôtel L’Apogée de Courchevel en 2013 au restaurant Sketch de Londres en 2014, elle présente aujourd’hui le tout nouveau salon de thé Ladurée au Quai des Bergues à Genève.

« Ladurée by India Mahdavi » ça sonne plutôt bien ?

Oui c’est vrai. Je crois que c’était vraiment un bon casting pour moi. Il y a eu une vraie rencontre avec la maison Ladurée. Moi, j’ai toujours voulu créer des lieux confortables, presque gourmands, des lieux de vie, colorés, joyeux et je pense que Ladurée c’est au fond une maison qui apporte du réconfort par son goût, par la joie qu’elle amène grâce aux couleurs de ses macarons.

Justement, comment avez-vous fait pour reproduire l’esprit Ladurée ici au Quai des Bergues ?

L’idée de départ c’était de créer comme un jardin où les fleurs seraient les gourmandises. Du coup on a imaginé ces lieux comme un grand jardin d’hiver en utilisant des treillages sur les murs qui donnent un petit côté  « Versailles » et « Marie-Antoinette » à l’ensemble. Et puis on a évidemment conservé la couleur verte, si emblématique de Ladurée mais on l’a accentué pour qu’elle s’apparente davantage à du vert gazon. Ensuite, on a fait vivre les gourmandises. Vous avez des meringues au plafond, des sucre-d’orge sur les tables, des donuts dans les fauteuils, des macarons brodés de fils d’or dans le salon étoilé. Tout est parsemé de friandises.

Vous êtes heureuse du résultat ?

En fait, j’attends surtout de voir si l’endroit va être apprécié, s’il va vivre tel que je l’avais imaginé. Parce qu’on a fait très attention à ce que ce salon soit un lieu de vie. On a intégré de nouvelles fonctions qui n’existent pas forcément dans toutes les enseignes Ladurée. Par exemple, j’ai voulu créer un espace bar parce que j’adore l’idée de boire mon café sur le pouce avec une petite douceur. Ce sont des choses qui manquaient. Après je peux aussi m’asseoir pour prendre le temps de déjeuner ou de dîner et même revenir le soir prendre un verre pour l’apéro. Pourquoi pas ? Tout est possible ici !

Vous réussissez tout ce que vous touchez, pourtant la décoration d’intérieur ça n’était pas une vocation à l’origine ?

Non, moi je voulais faire des films ! Mais finalement ce sont des métiers très similaires. Non seulement c’est de la création mais au départ pour créer des endroits comme celui-ci il faut élaborer un scénario. Ensuite on fait en sorte que l’histoire ait un sens. Comme au cinéma, il y a un producteur, le client, un réalisateur, nous et puis aussi des acteurs, toutes ces personnes qui feront vivre cet endroit à la fin. Et bien sûr on assure aussi la promo comme une Première au cinéma !

Aujourd’hui quel projet vous fait rêver ?

C’est sont des rêves mais j’ai envie de faire plus d’architecture et particulièrement les hôtels. J’adore les hôtels et j’aimerais beaucoup faire un hôtel en Suisse parce que je pense qu’il y a de la place pour faire un hôtel un peu plus contemporain, plus jeune, plus moderne. L’hôtel c’est toujours un sujet que j’adore, ça m’amuse. On ne sait jamais, peut-être que cette collaboration avec Ladurée à Genève en appellera d’autres. Qui sait ?

 

Pssst : En attendant, vous pouvez toujours aller découvrir l’univers d’India Mahdavi au salon de thé Ladurée au Quai des Bergues à l’angle de la rue Mont Blanc à Genève.