Edward Barber: « Il ne s’agit pas de faire joli, mais de changer le regard »

INTERVIEW Avec son partenaire Jay Osgerby, Edward Barber invente des meubles dont nous ne savions pas avoir besoin. Rencontre à Londres, avant le confinement.   Par Renata Libal La porte de verre est obscurcie par un écran blanc. Dans cette ruelle du quartier arty de Shoreditch – rempli, en temps normal, de vélos, cafés bios, fleuristes créatifs et jeunes entrepreneurs – le studio de design se cache des regards. Un peu avant les confinements, quand le spectre du Covid-19 ne faisait pas encore peur plus que cela, Edward Barber nous a fait visiter les lieux – sans son partenaire, Jay…

Floraisons éternelles

TREND En solitaires, en bouquet ou en couronne, les fleurs séchées sont les nouvelles amies de nos intérieurs. Et elles n’ont pas attendu le confinement (ce mot qui ne faisait pas encore partie de notre vocabulaire en début d’année) pour avancer vers le devant de la scène. Les questions de durabilité ont en effet atteint l’univers des fleuristes: la débauche d’engrais et de CO2 est-elle raisonnable pour une gerbe qui fane si vite? En esquisse de réponse, la tendance aux arrangements secs s’observe de Paris à Londres, en passant par Zurich. Ces fleurs-ci sont faciles à expédier, et de nombreuses…

Moka, une aïeule au pied léger

DESIGN Au printemps dernier, la vénérable a atteint sa quatre-vingtième année, tout en gardant une ligne aérienne. Présentée alors en prototype dans une réédition outdoor, la chaise haut perchée nommée Moka de Flexform arrive juste à temps pour s’installer sur les terrasses privées et y déguster une tasse de café. A l’origine, en 1939, les designers Mario Asnago et Claudio Vender ont reçu pour mission de réaménager le bar Moka Efti, rue Tommaso Grossi, à Milan. La presse de l’époque a salué l’ouverture du premier bar moderne de la capitale lombarde, distingué par le soin de sa décoration d’intérieur. En cela,…

Ces petits meubles et objets qu’on aurait rêvé avoir

DESIGN À la maison depuis des semaines… Outre les contraintes d’organisation et l’inquiétude ambiante, nous voilà tous en tête-à-tête intime avec ces meubles, bibelots, tableaux, objets de décoration si familiers qu’ils étaient transparents jusqu’à tout récemment. Or soudain, cet univers vibre différemment, mettant en lumière nos choix – heureux ou un peu moins. On se prend à rêver d’un canapé plus spacieux, d’une bibliothèque plus maligne, d’une table plus mobile… Nous avons fait l’exercice et repéré, parmi les nouveautés, les pièces que nous aurions vraiment aimé avoir chez soi, pour ce long séjour entre quatre murs. Nos 7 favoris Par Renata Libal 1.…

Au Tessin, sur la piste d’une chaussure derby d’exception

SWISS MADE Le modèle Scribe Novo de Bally perpétue un artisanat suisse d’exception. Cette chaussure créée en 1951, est réalisée à Caslano, sur les bords du lac de Lugano. Visite. Par Estelle Lucien Photographie Lea Meienberg Caslano. A une vingtaine de minutes de Lugano, cette petite ville de 5000 âmes borde le lac. Il faut quitter les rives et leurs airs méditerranéens, s’enfoncer dans les ruelles pavées et sortir de ce décor pittoresque pour gagner la fabrica Bally. C’est aussi le siège de la marque, jadis entreprise suisse, aujourd’hui aux mains de JAB Holding. Active dans la mode, Bally s’est recentrée depuis deux ans…

La planète luxe mobilisée

PANDÉMIE En France, en Italie, aux Etats-Unis et bien sûr en Suisse, l’industrie du luxe souffre des conséquences économiques liées à la crise sanitaire du Covid-19. Mais elle relève les manches pour participer à l’effort de «guerre» et bouleverse ses chaînes de production textile et de parfums. Petit tour d’horizon de ces bonnes volontés. A Genève, l’entreprise Firmenich, active dans les arômes et les parfums, a livré les premiers litres de son gel hydroalcoolique aux Hôpitaux universitaires de Genève, le 27 mars déjà. A Neuchâtel, c’est le joaillier italien Bulgari qui offre des milliers de flacons de produits hygiénisant provenant…

La nouvelle petite Japonaise qui roule à l’électricité

AUTO La Mini SE trop démodée, la Smart EQ trop petite, les VW électriques de Wolfsburg, d’Espagne ou de République tchèque trop ressemblantes, la Renault Zoé trop vue, la Peugeot e-208 trop française et l’Opel Corsa-e pas assez sexy? Si vous avez répondu «oui» à la plupart de ces questions, alors la nouvelle Honda e (à partir de 43  100 fr.) est pour vous. «Ce n’est pas un prototype, c’est un rêve devenu réalité», promet Honda. Et c’est vrai. La petite dernière du constructeur japonais, entièrement électrique, réussit le mariage d’un design minimaliste et d’une technologie à la pointe du progrès jusque…

Le designer Hayon met la poésie à nos pieds

DESIGN Dans la grande passion actuelle pour l’artisanat et l’objet à caractère unique, ce nouveau tapis du designer espagnol Jaime Hayon (46 ans) se pose bien là. Dans la fibre apparaissent des visages, des profils, des moues, des bouches, des yeux que l’on dirait tracés à la main, sur l’inspiration de l’instant. L’effet délié rappelle ces dessins un peu obsessionnels dont on remplit les coins de pages, durant les conférences trop longues. Sauf que l’harmonie de la composition et son humour tendre trahissent la patte de l’artiste  – souvenez-vous, c’est le même Hayon qui dessinait, il y a quelques années,…

Kim Jones: « L’œuvre de M. Dior est plus virile qu’il n’y paraît »

INTERVIEW À la tête des collections Dior Homme depuis deux ans, Kim Jones dessine les contours d’une mode au luxe cool nourrie de culture pop et de collaborations enrichissantes. Par Valérie Guédon ©le figaro Sweat-shirt et pantalon de ville, baskets aux pieds et montre pavée de diamants au poignet, Kim Jones est à l’image de sa clientèle: féru de belles pièces et de culture pop. Depuis son arrivée en mars 2018, le directeur artistique des collections homme de la maison de l’avenue Montaigne renoue avec le succès, l’esprit joyeux et expressif de M. Dior. Dès son premier défilé (printemps-été 2019), ce diplômé…

Souffle rock pour B.zero1

BIJOU Au départ, il y avait le Colisée. Le monument romain bâti en cercle massif a donné le la pour une bague signature, repérable de loin, avec laquelle Bulgari entendait rendre hommage à sa ville fétiche.  C’était en 1999 et déjà la B.zero1 se faisait remarquer par sa présence massive, la force tranquille au doigt. Cette première version se déclinait en cinq anneaux d’or et clamait fièrement le nom de sa maison mère sur la tranche. Ont suivi des modèles en céramique noire ou blanche, des chocs de matières assez iconoclastes pour l’époque. Puis des myriades d’interprétations plus ou moins…