Arles : regards d’ailleurs

Photo: Ana Blumenkron
Art Direction: Ana Blumenkron
Makeup: Stephanie Sznicer
Styling: Daniela G. Sendra
Hair: Carmen Romero
Model: Fernanda Álvarez Roldán @guerxs Photo assistant: Sofia Gonzalez
Studio: AAVI

Les esthètes prendront sans doute, comme chaque été, la direction d’Arles et de ses Rencontres photographiques qui animent la ville camarguaise de visions étonnantes. Parmi les multiples expositions, ils ne devraient pas manquer le Prix Dior, attribué pour la deuxième année consécutive à des talents émergents, repérés dans les écoles d’art autour du monde. Les œuvres de dix candidats ont été sélectionnées, sur le thème de la beauté et de la couleur, et l’un deux se verra décerner la somme de 10 000 euros, ainsi qu’un travail de commande pour la belle maison de mode, le soir du vernissage. Le…

Mon parasol portable

VBQ-19E-Collab-JCC-PressVisuals--9
1557153589

L’objet Davantage qu’un chapeau, voici presque un parasol portable. Les bords de cette capeline aux couleurs toniques ondoient dans la brise et protègent même les épaules de leur ombre bienveillante. Il n’est pas certain que les 400 fr. que coûte ce bel accessoire représentent un investissement durable, mais les dames stylées à la fibre nostalgique sauront s’en inspirer quand elles partiront en quête de leur couvre-chef pour l’été. Ah oui, un détail encore: un bouton et une anse sur le rebord permettent de maintenir l’objet plié en deux et de le transporter au bras, comme un panier, dans les instants…

Le Corbusier en dragée

RADO_2_P_MARIE_4815 copy

Sacré Le Corbusier! On peut apprécier ou non ses théories, ses constructions et ses meubles, mais nul ne peut nier sa cohérence et son esprit pionnier. Et il faut admettre que ça en jette! L’architecte culte réapparaît aujourd’hui dans une collaboration horlogère et posthume avec la marque Rado, qui a toujours une longeur d’avance en matière de design. Même quand elle s’inspire du passé. L’horloger basé à Longeau, dans le canton de Berne, et réputé pour ses matériaux innovants s’est associé à la Fondation Le Corbusier, à Paris. Le résultat est une édition limitée basée sur la polychromie architecturale que…

L’éternité est aquarelle

DEFILE_Gouache_08BIS

D’un côté du lit de Karl Lagerfeld – le seul, l’inimmitable – il y avait la choupette, la chatte Scaréede Birmanie, presque aussi célèbre que son maître. De l’autre côté du lit, il y avait un bloc, pour griffonner des esquisses au milieu de la nuit. Voilà (entre autres) ce que feu-le grand couturier a raconté à la journaliste parisienne Leatitia Cénac, un vendredi soir, quand elle a enfin obtenu l’interview si longtemps attendue.

Un peu de folie chez soi

Knotted Chair,  12 500 eurosEgg Vase Silver Large, 435 eurosMonster Chair (set de 7 chaises), 59 000 eurosEurasian Garden Scarf, 75 euros

Il est un peu comme la Lady Gaga du Design: Marcel Wanders, designer contemporain – et décalé – néérlandais, a ouvert une boutique exclusive en ligne, en ce mois d’avril. Un shop rempli de couleurs, de fantaisie et d’humour. En édition limitée, il est ainsi possible d’acquérir sa Knotted Chair en version blanche, ou or – en 1995, cette chaise en métal qui imite la structure du macramé a contribué à la notoriété du designer. Mais pas uniquement: vous serez peut-être tenté par le vase en argent en forme d’œufs, une écharpe colorée, ou des chaises en cuirs représentant des…

Gaston Acurio: « La bonne cuisine partagée pave le chemin vers la paix »

ines menacho
a
b

  A Genève vient d’ouvrir le 51ème restaurant au monde du grand chef péruvien. Grâce à la nourriture, il voit sa mission comme celle d’un ambassadeur. Un air de salsa sur les quais de Genève… Il suffit de suivre la musique pour arriver dans les cuisines où le poisson ultra frais baigne dans le leche di tigre, cette préparation à base de lime, piment et gingembre qui met les papilles en émoi. Un ballet de taxi tourne autour de l’hôtel luxueux mandarin oriental, et les badauds captent les murmures fébriles: «Gaston! Vous avez entendu que Gaston est en ville?» Gaston?…

Le Sud aux Champs-Elysées

CC1

Il est lumineux, il sent bon la Méditerranée et il se prénomme Citron: ce nouveau café-restaurant est situé au premier étage des Galeries Lafayette Champs-Elysées, ouvertes le 28 mars dernier. L’endroit et la carte ont été conçus par le jeune styliste Simon Porte Jacquemus et Ramon Mac-Crohon, directeur général du groupe français Caviar Kaspia. En entrant, on s’envole directement vers le sud: le regard se pose sur les magnifiques citronniers et jarres en céramique, un peu ébloui par les immenses baies vitrées du bâtiment. On s’installe, on respire et déguste les spécialités d’inspiration provençale: tapenade, poivrade, pissaladière, focaccia, sardines, ou encore…

Dos à la mode

backside_54_of_116backside_25_of_116_0

«Je n’aime pas son visage. Elle devrait juste montrer son dos», avait lancé Karl Lagerfeld au sujet de Kate Middleton. La mode, celle que nous voyons dans les magazines et sur les réseaux sociaux, a l’habitude de se dévoiler de face. C’est un fait: à notre époque, nous sommes obsédés par les visages. L’exposition «Back Side», organisée hors ses murs par le musée de la mode de Paris cet été, ne fait pas dans ces habitudes. L’événement retrace l’évolution des différentes manières d’habiller – ou dénuder – nos arrières. Une centaine de vêtements et accessoires de haute couture du XVIIIe siècle…

L’odyssée de la beauté

13410

Elle est à l’origine du mascara waterpoof et de la première crème anti-âge: Helena Rubinstein, pionnière de la cosmétique décédée en 1965, est actuellement à l’honneur dans l’exposition «Helena Rubinstein: l’aventure de la beauté», au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme de Paris. Jusqu’au 25 août, trois cents documents environ – objets, vêtements ou photos – passent en revue les différentes étapes de sa passionnante vie: de Cracovie à New York, en passant par Vienne, Melbourne, Londres, ou encore Paris. Portrait de cette dame au caractère bien trempé, qui s’est préoccupée de la beauté des demoiselles. Au menu: l’émancipation des femmes,…

Du girly: en veux-tu, en voilà!

Stilettos

Du glamour, de la mode et des articles de luxe. Le titre «Chaussures italiennes» vient d’une armoire à chaussures dans laquelle Sylvie Fleury a dressé ses talons hauts les plus extravagants.  L’artiste contemporaine suisse réalise ainsi une exposition à l’institut suisse de Rome, du 23 mars au 30 juin. Dans cette dernière: des installations créées spécialement pour l’événement, mais également d’anciennes réalisations. L’occasion de voir ou revoir sa création «Miracle»: le mot géant (dix mètres de large et 1,50 m de hauteur) en néon violet très girly trône au même endroit depuis 2016 et a conquis le public romain. Une artiste néoféministe  Dans ses…