Montre-moi ta montre…

Version 2

Un happening? Une installation d’art contemporain? Presque… La vitrine sculpture réalisée en exemplaire unique pour l’horloger Hublot a tout de la rock star: après une première à la foire de Bâle, elle part en tournée au Mexique, à Singapour, à Tokyo. Son show est bien rodé, avec films, musique et effets spéciaux chorégraphiés d’un écran à l’autre, la montre (la vraie) surgissant régulièrement de la fantaisie vituelle pour mieux se faire désirer. Ce séduisant présentoire promotionnel hautement connecté est l’œuvre de l’entreprise familiale Dietlin Swiss Showcases (à l’origine une ferronerie d’art) sise à Romanel-sur-Lausanne, dans une zone industrielle qui ne…

Où est passé le temps?

pourweb

C’est une affaire de minutes qui filent et zut, déjà en retard… Allons, de minutes? C’est en secondes que le monde s’emballe, avec ce feu qui passe au rouge, cette porte de train qui se ferme. La frénésie ambiante se traduit, dans l’industrie horlogère, par la multiplication de chronographes et autres fuseaux horaires rivalisant de précision. Dans ce tumulte tic-taquant, la nouvelle arrivée dans la ligne Millenary d’Audemars Piguet fait office d’appel au calme. Le modèle Philosophique n’arbore que la seule aiguille des heures et invite à se demander s’il est bien raisonnable de toujours courir après les minutes. La…

Au sommet du Chic

modeweb

tweed, leds, chronos: les ingrédients d’une certaine élégance alpine. Manteau à imprimé en laine vierge, veste de costume en matière technique, chemise en nylon et pantalon en polyester, Valentino. Sneakers Climbers en veau et semelle en caoutchouc, Valentino Garavani Undercover. photos Arthur Delloye stylisme Simon Pylyser A PARAITRE DIMANCHE 13 OCTOBRE

L’esprit de l’ours

Fauteuil Ours, disponible  en trois tailles (Maman, Papa, Bébé), de la collection OOPS, par Pierre Yovanovitch, en chêne massif et peau de mouton

Parfois, ils sont en peau de mouton. Parfois en laine ou fibre synthétique. Mais toujours – toujours! – ces fauteuils et sofas sont doux et chauds, presque vivants. On les caresse en s’y lovant, comme on flatterait un animal de compagnie. Eux, ce sont les meubles de la famille des Teddy Bear, revêtus d’un de ces nouveaux textiles inspirés des animaux en peluche. Au Salone di Mobile, à Milan au printemps dernier, on ne voyait qu’eux… et on avait envie de tous les toucher. Le sofa Palomba de Poltrona Frau en fini bouclette, le fauteuil Caratos d’Antonio Citterio pour Maxalto…

Ça c’est palace

Raffles Hotel Singapore

La cure de jouvence aura duré plus de deux ans. Le Raffles, hôtel emblématique de Singapour, a rouvert ses portes le 1er août. «Peu d’hôtels au monde deviennent pour ainsi dire le synonyme des villes qui les accueillent», relève très justement Christian Westbeld, le directeur de ce palace ouvert en 1887, du nom du Britannique Sir Thomas Stamford Raffles, qui n’est autre que le fondateur de Singapour. Déclaré monument historique en 1987, cet établissement a conservé son charme exquis, son style colonial classique qui en fait une adresse incontournable et hors du temps, aussi savoureusement nostalgique que le Singapour Sling,…

La route easy

PROTOTYPE EZ-ULTIMO RENAULT

Le constructeur français Renault a une façon assez spectaculaire d’envisager la mobilité de demain: son prototype EZ-Ultimo, au design futuriste, est un véhicule électrique entièrement autonome qui devrait un jour servir de navette haut de gamme. Cet engin futuriste sans pilote pourrait, par exemple, servir aux hôtels ou aux compagnies d’aviation privée pour transporter leurs prestigieux hôtes. Les designers de cette limousine de 5,70 mètres de long se sont inspirés de l’architecture des boulevards parisiens du XIXe siècle et de toute la grandeur Hausmannienne. Les vitres latérales et arrière en losange protègent les passagers des regards indiscrets, tandis que, installés…

Arles : regards d’ailleurs

Photo: Ana Blumenkron
Art Direction: Ana Blumenkron
Makeup: Stephanie Sznicer
Styling: Daniela G. Sendra
Hair: Carmen Romero
Model: Fernanda Álvarez Roldán @guerxs Photo assistant: Sofia Gonzalez
Studio: AAVI

Les esthètes prendront sans doute, comme chaque été, la direction d’Arles et de ses Rencontres photographiques qui animent la ville camarguaise de visions étonnantes. Parmi les multiples expositions, ils ne devraient pas manquer le Prix Dior, attribué pour la deuxième année consécutive à des talents émergents, repérés dans les écoles d’art autour du monde. Les œuvres de dix candidats ont été sélectionnées, sur le thème de la beauté et de la couleur, et l’un deux se verra décerner la somme de 10 000 euros, ainsi qu’un travail de commande pour la belle maison de mode, le soir du vernissage. Le…

Mon parasol portable

VBQ-19E-Collab-JCC-PressVisuals--9
1557153589

L’objet Davantage qu’un chapeau, voici presque un parasol portable. Les bords de cette capeline aux couleurs toniques ondoient dans la brise et protègent même les épaules de leur ombre bienveillante. Il n’est pas certain que les 400 fr. que coûte ce bel accessoire représentent un investissement durable, mais les dames stylées à la fibre nostalgique sauront s’en inspirer quand elles partiront en quête de leur couvre-chef pour l’été. Ah oui, un détail encore: un bouton et une anse sur le rebord permettent de maintenir l’objet plié en deux et de le transporter au bras, comme un panier, dans les instants…

Le Corbusier en dragée

RADO_2_P_MARIE_4815 copy

Sacré Le Corbusier! On peut apprécier ou non ses théories, ses constructions et ses meubles, mais nul ne peut nier sa cohérence et son esprit pionnier. Et il faut admettre que ça en jette! L’architecte culte réapparaît aujourd’hui dans une collaboration horlogère et posthume avec la marque Rado, qui a toujours une longeur d’avance en matière de design. Même quand elle s’inspire du passé. L’horloger basé à Longeau, dans le canton de Berne, et réputé pour ses matériaux innovants s’est associé à la Fondation Le Corbusier, à Paris. Le résultat est une édition limitée basée sur la polychromie architecturale que…

L’éternité est aquarelle

DEFILE_Gouache_08BIS

D’un côté du lit de Karl Lagerfeld – le seul, l’inimmitable – il y avait la choupette, la chatte Scaréede Birmanie, presque aussi célèbre que son maître. De l’autre côté du lit, il y avait un bloc, pour griffonner des esquisses au milieu de la nuit. Voilà (entre autres) ce que feu-le grand couturier a raconté à la journaliste parisienne Leatitia Cénac, un vendredi soir, quand elle a enfin obtenu l’interview si longtemps attendue.